🌸🌸RDV dans "SOLDES FEMMES" et "SOLDES HOMMES": -20% à partir de 50 euros d'achat ! Code: SOLDES15 🌸🌸
960-320 Kakejiku
DIMENSIONS
Largeur 43 cm
Longueur 1,47 m
POIDS
Poids 660 g
Avez-vous des questions concernant 960-320 Kakejiku?

Pour connaître les frais de livraison d'un article, sélectionnez-le et ajoutez-le à votre panier pour obtenir une simple estimation qui ne vous engage pas. Vous avez le choix entre 2 types d'envoi :

économique (e-packet) avec recommandé et suivi pour les colis inférieurs à 2 kg.

➤ express (EMS) avec recommandé et suivi (délai 4 à 10j). Au-delà de 10j, contactez votre bureau de poste.

N'hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions !

 

960-320 Kakejiku

Dame de compagnie


Peinture sur papier.

Ce portrait en pied montre une femme maquillée, coiffée et vêtue de la tenue traditionnelle des dames de compagnie qui officiaient au palais impérial, probablement au cours de l'époque de Heian. L'empereur, les impératrices ou les princesses royales comptaient dans leur entourage ou à leur service une société de dames de compagnie haut placées, issues de la noblesse et choisies pour leur instruction et leur goût.

Celle-ci porte une sorte de longue jupe-pantalon (hakama) rouge vif teinte au carthame passée sur un kimono. Le kimono reste  visible sur le(s) côté(s) de la jupe. Il s'agit ici d'un hakama très particulier autant dans sa forme que dans sa matière. Appelé hari-bakama (soie empesée) ou uchi-bakama (soie lustrée) selon le traitement du tissu, il est très long et dépasse d'environ un mètre la longueur de la jambe si bien que la personne est obligée de marcher dessus, le surplus ressemblant alors à une traîne. On devine la texture du tissu en notant les angles qu'il forme vers le bas. Les vêtements très longs en vogue chez les nobles de l'époque obligeaient les femmes à marcher et à bouger lentement.

La coiffure de type sagegami et très simple et consiste à laisser les cheveux très longs pendre dans le dos.

Le visage est maquillé de blanc avec cette touche si particulière qui consistait à rajouter deux traces noires au-dessus des sourcils en haut du front (kurai-bôshi). Les sourcils des nobles étaient rasés et cette pratique des faux sourcils (tsukuri-mayu) étaient autorisés seulement à la noblesse de haut rang de la cour de Kyoto et dans leurs résidences. 

Ce portrait n'était probablement pas destiné à devenir un rouleau peint peint à l'origine. Il a été monté sur papier avec un motif en médaillons fleuris qui évoque les tissus anciens.

Malgré plusieurs marques de pliures et de restaurations, l'ensemble est en bon état et témoigne d'une présence incontestable.

Fin Edo (fin 19e). Le montage semble en très bon état est plus récent (mini traces sur le haut).

Origine: Nagasaki


  • Modèle : 960-320
  • Disponibilité : En Stock
  • 1300€

Options disponibles